Haiti-insécurité : des stratégies anti-santé

Contrairement à une opinion répandue, les marchés du centre de Port-au-Prince existent encore. Le marché de la Croix-des-Bossales, le Marché en Fer, le Marché du port et le Marché Hyppolite sont toujours très fréquentés malgré l’insécurité. Les acheteurs et les vendeurs continuent de s’inventer des stratégies pour éviter de se faire voler… Pourtant les voleurs armés finissent toujours par découvrir les petits secrets. Alors, les victimes imaginent l’impensable.


Les moyens traditionnels
Autrefois, on cachait son argent dans ses chaussures, dans son soutien-gorge ou sous sa perruque. Ce temps est révolu car toutes les fripouilles sont au courant de ces techniques. Ces petites cachettes étaient devenues les principaux endroits scrutés par les cambrioleurs. Les marchands et leurs clients ont dû définir d’autres moyens pour mettre à l’abri leurs liquidités.


Le recours à la culotte
Le soutien-gorge n’est plus d’aucun secours pour échapper au fléau du vol. Un autre sous-vêtement vient à l’appui : la culotte. A cette époque, les billets de banque sont utilisés comme un tampon dans le vagin. Leur frottement avec le sexe provoque généralement une excitation sexuelle, conséquemment une sécrétion abimant les billets de banque. Le voleur effronté osant vérifier sous la jupe de sa cible se rend à l’évidence, mais faussement, que la femme a ses règles. Le pickpocket l’insulte et l’abandonne. Il est ainsi trompé. Mais les bandits sont aux aguets. Ils finissent par découvrir la vérité. Ils dépêchent des femmes pour faire le sale boulot.

Le vagin comme boite à secret
Pour déjouer les voleurs armés, les vendeurs et les acheteurs cachent leur argent dans un condom avant de l’introduire au fond du vagin. Cela est vraisemblablement apparu en 2017. Cette technique est tellement efficace que même des hommes ont emboité le pas. Ils ont, eux aussi, introduit leurs billets de banque au fond de l’anus pour ne pas se faire voler. Cela s’appellerait peut-être le droit de (sur)vivre. Sans le concours de la Police nationale d’Haiti(PNH). Sans l’Etat.
Même si on le conserve, l’argent est sale. Le cacher dans son vagin ou dans son anus n’est-ce pas une menace majeure pour la santé publique?


Robenson D’Haïti
Caribe Channel Haiti
Caribechannelhaiti.com
Robensondhaiti.com