Haiti-insécurité : les gros efforts du Gouvernement

Le Conseil de sécurité des Nations unies, par la résolution 841, avait mis en place un embargo sur l’armement contre Haïti, le 3 juin 1993. Les sanctions ont été allégées en octobre 2021. Haiti pouvait désormais importer des Etats unis des M14 et des M1 mais pas des armes de guerre à longue portée comme les M60 et les T65.


La contrebande d’armes : une nécessité?
Quoiqu’assoupli, l’embargo sur les armes est maintenu. L’Etat haïtien doit-il alors compter sur la contrebande pour alimenter les unités spécialisées de la Police nationale d’Haiti (PNH) et les Forces armées d’Haïti ?
Mais pourquoi l’Etat serait-il obligé de contourner l’embargo américain pour s’approvisionner en armes de guerre ? Au Palais national, lors de la cinquième édition du dialogue communautaire, le dimanche 9 août 2020, le Premier ministre, Joseph Jouthe, avait publiquement fait comprendre à l’ex-DG de la PNH, Normil Rameau, que les actes de banditisme sont majoritairement perpétrés avec des armes légères et de petit calibre. Donc, l’Etat n’aurait pas intérêt à recourir à la contrebande d’armes.


Alors, pourquoi n’a-t-on jamais arrêté des trafiquants d’armes ? Les différents Gouvernements qui se sont succédé tirent-il profit de ces activités illicites ?
Avant 2004, il est rapporté qu’un ex-président de la République, décidé à réussir ou à échouer avec le peuple, avait légalement importé des armes pour se protéger contre le spectre d’un coup d’Etat. Dans sa précieuse boîte, se trouvaient illégalement des Bazooka devant l’éliminer. Le trafic d’armes est surprenant.


Perte totale du contrôle du territoire
On serait tenté de dire que c’est un Etat failli, qu’Haiti est un territoire de transit mais on admettra que le chef du Gouvernement, Joseph Jouthe, déploie de gros efforts. Récemment, il a pris des mesures pour empêcher l’arrivée d’armes et de munitions dans la douane de St Marc, un port officiel. Nous ignorons si cette disposition a porté fruit. Mais que se passe-t-il dans les ports clandestins ? Qu’en est-il des chaloupes et des voiliers qui récupèrent, le soir, très facilement la marchandise illicite pendant que l’Etat se repose ?
Le dernier gros effort déployé par le chef du Conseil Supérieur de la Police Nationale pour combattre l’insécurité, c’est le lancement du groupe de travail autour de la Stratégie nationale de désarmement, démantèlement, réinsertion et réduction de la violence communautaire (SNDDR/RVC). Ce groupe travaillera en vue de répondre aux besoins actuels de sécurité, garantit le PM.


Robenson D’Haiti / Caribe Channel Haiti / Caribechannel.com / Robensondhaiti.com